Peace, Peace Spirituality

Homélie de Mgr Stenger à la Marche pour la Paix de Landevennec le 1er janvier 2019

par Mgr Marc Stenger, Pax Christi France

stengerEn ce matin du 1er janvier, pour commencer l’année, nous célébrons Sainte Marie, Mère de Dieu, car c’est elle qui nous a donné l’auteur du Salut qui accompagnera notre route tout au long de cette année. En ce matin du 1er janvier, pour commencer l’année nous avons marché avec le Prince de la Paix pour qu’advienne et s’accroisse la paix dans nos maisons, dans nos familles, dans nos nations, sur notre terre.Chaque Eucharistie, à commencer par celle-ci, est pour nous l’occasion d’accueillir le don de la paix de Dieu qui prend corps en Jésus Ressuscité et d’en faire avec lui notre feuille de route. Au début de cette Eucharistie, nous voulons reconnaître tout ce qui dans nos vies fait obstacle à cette feuille de route.

« Que le Seigneur te bénisse et te garde ! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix ! ». Comme elle est belle cette bénédiction que nous offre la liturgie d’aujourd’hui, dans le livre des Nombres que nous venons d’entendre ! C’est le souhait le plus grand, le souhait de l’Eglise pour chacun de nous, déclare le pape François dans son homélie de la messe du 1er janvier 2014, le souhait que nous devrions faire les uns pour les autres.

Il est significatif de réécouter ces paroles de bénédiction au commencement d’une année nouvelle. Elles avaient été données par Dieu à Moïse pour son peuple. Elles nous sont offertes pour accompagner notre chemin en ce temps qui s’ouvre devant nous. Ce sont des paroles de force, de courage, d’espérance. Non pas une espérance illusoire fondée sur de fragiles promesses humaines, ni une espérance naïve qui imagine un avenir meilleur seulement parce qu’il est l’avenir. Mais une espérance fondée sur la rencontre du visage de Dieu dans notre histoire humaine…

Cliquez ici pour lire l’article en entier.

Peace

La Pologne entre hier et demain

by Catherine Billet
Déléguée Générale, Pax Christi France

A quelques-uns, nous avons quitté la France, l’Europe de l’Ouest, pour aller vers cette Europe de l’Est qui interroge tant aujourd’hui la communauté européenne. Nous sommes donc partis pour apprendre la Pologne, et nous sommes arrivés dans « ce drôle de pays, à l’est de l’Ouest et à l’ouest de l’Est ». Nous sommes arrivés en Europe centrale, et ce fut notre première surprise !

Son rapport à l’histoire, une histoire écrite entre gloire et disparition, grandeur et trahison fut notre deuxième surprise ! On ne peut comprendre la Pologne d’aujourd’hui sans écouter son histoire mais une histoire relue à la lumière de cette place si particulière qui est la sienne au centre de l’Europe.

« La France s’intéresse à la Pologne, vous êtes là aujourd’hui !». La chaleur de l’accueil témoigne du désir de lien, de reconnaissance sans doute, mais révèle aussi les traces de blessures et de trahisons inscrites dans l’histoire tourmentée de la Pologne.

Cette aventure débute au Xe siècle et atteint son apogée aux XVe et XVIe siècles sous la dynastie des Jagellons, après l’union du Royaume de Pologne et du Grandduché de Lituanie. La Pologne devient alors le plus vaste état d’Europe avant de se perdre jusqu’à disparaître à la fin du XVIIIe siècle, partagée entre la Prusse, l’Autriche et l’Empire russe.

Le XXe siècle, même s’il voit la renaissance de la Pologne en 1918, n’en sera pas moins particulièrement destructeur pour sa diversité ethnique, sociale et culturelle. Lors du désastre de la seconde guerre mondiale, outre le génocide nazi qui a presque totalement
éradiqué la communauté juive de Pologne, la plus importante d’Europe, d’autres actes d’épuration ethnique ont eu lieu. Ce sera la perte de 6 millions d’habitants. A cela a succédé le communisme, avec comme conséquence, la disparition de toute la classe médiane de la population…

Pour en savoir plus, cliquez ici et faites défiler jusqu’à la page 2.